Famar Lyon, seul fabricant français de Chloroquine, potentiel remède contre le Coronavirus

Famar était au centre des discussions déjà l’année dernière, nous vous en parlions d’ailleurs dans un de nos articles en novembre 2019, lorsque 5 de ses sites de production (3 en France, 1 au Canada et 1 aux Pays-Bas) avaient été rachetés par Delpharm. L’avenir du site de production près de Lyon, à Saint-Genis-Laval, était quant-à-lui incertain, car jugé invendable et en redressement judiciaire depuis juillet 2019. Les offres de la part d’autres laboratoires pharmaceutiques pour reprendre ce site de production étaient rares, jusqu’à la semaine dernière…

Qu’est-ce que la chloroquine ?

Des études ont été menées, afin de tester l’efficacité de la chloroquine contre la pandémie actuelle de Coronavirus. La chloroquine est une molécule qui a été développé il y a déjà bien longtemps, comme traitement (curatif et préventif) contre des maladies telles que le paludisme, le lupus ou encore d’autres maladies rhumatoïdes. Plusieurs essais ont été effectués depuis le début de cette année 2020, d’abord en Chine, puis en France à Marseille en mars. Les résultats sont au jour d’aujourd’hui contestés et discutables, puisque si certains résultats se sont avérés être positifs, rien n’a encore été prouvé de manière scientifique, et des essais cliniques sont encore en cours.

Qui veut sauver Famar ?

L’entrée du site de Famar à Saint Genis Laval

Mais alors, qu’est-ce que le site de production de Famar de Saint-Genis-Laval a à voir là-dedans ? Et bien c’est le seul fabricant sur le territoire français à produire la Nivaquine. La molécule chloroquine est présente dans plusieurs médicaments, dont la Nivaquine et le Plaquénil, et c’est Sanofi qui détient l’autorisation de mise en vente de ces deux médicaments. C’est le géant pharmaceutique qui décidera, en temps voulu (surtout à l’issu des tests et après la confirmation que cela pourrait être un remède contre le Covid 19), s’il augmentera la production de ce médicament sur le site lyonnais. Famar est en possession de lignes de production et de conditionnement capables de produire un million d’étuis de 20 comprimés en 21 à 28 jours si les stocks sont suffisants.

Une lueur d’espoir pour le façonnier

La situation de Famar sur le site de production lyonnais est au jour d’aujourd’hui critique, car non seulement elle est depuis l’année dernière en redressement judiciaire, mais son carnet de commande devrait s’arrêter net au 3 juillet 2020. Une grosse commande de Nivaquine pourrait donc peut-être sauver l’usine et ses 250 employés. La région Auvergne-Rhône-Alpes est également prête à mettre en place des aides régionales pour soutenir Famar et l’aider à s’en sortir. Il n’y a donc plus qu’à attendre les résultats des tests cliniques européens Discovery qui sont actuellement en cours dans 7 pays (France, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Royaume-Uni, Espagne et Allemagne).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.