La Blockchain dans le processus de production pharmaceutique : avantages et applications

La technologie blockchain est un allié précieux pour les entreprises du secteur pharmaceutique qui souhaitent garantir une transparence maximale dans leurs activités.

En répondant à cette exigence, elle augmente la possibilité d’établir une relation de confiance profonde avec les clients finaux, mais aussi avec d’autres parties prenantes de nature diverse. En effet, ce processus peut impliquer le ministère de la santé, les cliniques, les hôpitaux, les universités et les centres de recherche.

La blockchain fonctionne comme un registre d’informations qui rend possible des transactions de différents types. Les données sont diffusées par un réseau de peer-to-peer. Chaque bloc de données est ainsi transmis à tous les participants du réseau et, une fois validé, il est impossible de le modifier sans le changer dans tout le réseau.

La relation entre la technologie et le secteur pharmaceutique

Aujourd’hui, nous entendons de plus en plus souvent parler de « Pharma 4.0 » : l’expression fait référence aux processus typiques de l’industrie 4.0 qui sont utilisés dans le secteur pharmaceutique pour innover dans le monde de la santé.

Ces informations jouent un rôle important car elles permettent non seulement de mieux contrôler la chaîne d’approvisionnement, mais aussi de la gérer de manière proactive.

Grâce à la technologie blockchain, il est en effet possible d’obtenir des communications liées tant au suivi des matériaux qu’aux différentes étapes de production.

Les systèmes de vérification, les normes et le mode de fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement des entreprises pharmaceutiques sont certifiés et reconnus au niveau mondial. Toutefois, la gestion et la transmission des données présentent encore des limites importantes.

Il y a encore trop d’entreprises du secteur qui utilisent massivement des documents papier et qui n’ont pas encore subi un processus d’informatisation adéquat pour gérer l’immense quantité de données qu’elles collectent.

En outre, les processus sont encore très lents dans certaines structures et cela est également dû au manque de capacité à innover de manière intelligente les procédures à suivre en ce qui concerne l’environnement de production.

L’industrie pharmaceutique doit intégrer la technologie dans une vision globale qui prend en compte toutes les parties prenantes des soins de santé. De cette manière, chacun est impliqué dans les processus curatifs et peut faire face aux différentes évolutions qui affectent la médecine.

Comment la blockchain peut favoriser la confidentialité et la sécurité des données

En se concentrant sur l’intégrité et la protection des données liées aux produits pharmaceutiques, la blockchain semble être une arme puissante pour garantir une collecte sécurisée des informations de santé.

Un aspect essentiel est la conformité de la chaîne d’approvisionnement en médicaments. En ce sens, la technologie peut aider à contrôler la température pendant le passage physique de la chaîne grâce à des systèmes qui déterminent si les conditions de stockage du médicament ont été respectées (comme la température ou l’humidité).

La contrefaçon de médicaments est un problème actuel qui peut être contré par la blockchain. En effet, cette technologie garantit que tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement, y compris les autorités douanières, soient en mesure de valider avec précision un produit original.

Même dans le contexte des essais cliniques, l’utilisation de cette stratégie permet de rendre les données accessibles à toutes les parties impliquées dans la recherche. Il est ainsi beaucoup plus facile de vérifier la fiabilité des résultats obtenus et d’empêcher leur altération ou leur falsification.

La blockchain rendra les entreprises plus proactives

Les systèmes IoT (Internet des objets) devraient rendre les entreprises pharmaceutiques de plus en plus « intelligentes ». Le Big Data et les systèmes sophistiqués d’apprentissage automatique seront cruciaux en termes d’optimisation des processus, à partir des programmes en amont. Mais pas seulement. Avec l’application des logiques de l’industrie 4.0 dans le secteur pharmaceutique, l’accent sera mis non plus sur le processus mais sur l’objectif. De cette façon, le système ne se limitera pas à suivre de manière rigide une série de chemins tracés au départ et immuables, mais tiendra compte du contexte dans lequel les entreprises agissent. De cette manière, il sera plus facile d’optimiser les ressources et d’obtenir la flexibilité nécessaire pour répondre aux événements imprévus.

Selon une enquête menée par l’IQVIA Institute of Human Data Science, les dépenses totales en produits pharmaceutiques dépasseront 1 500 milliards de dollars dans le monde d’ici 2023. Pour cette raison, les entreprises devront être en mesure d’être aussi efficaces que possible dans tous les processus. Ainsi, il sera beaucoup plus facile de supporter des charges de travail encore plus élevées.

Par exemple, les capteurs installés sur les machines packaging et de process pour surveiller en permanence les étapes du processus de production sont censés développer une intelligence distribuée. Ainsi, des stratégies d’optimisation de la consommation, de prévention du vieillissement et de maintien de la capacité de chaque composant peuvent être envisagées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.